L'IA et le CGU : L'harmonie dans les workflows modernes

Autrefois, la couverture médiatique était limitée. Que ce soit pour un reportage télévisé ou sur la une d’un journal, les récits étaient racontés avec un certain nombre de mots, puis partagés dans leur intégralité avec le public. Ce n’est plus le cas.

En ligne, la section des commentaires invite au partage d’opinions, prolonge la durée de vie d’un article et permet aux personnes de rejoindre une conversation sur ces questions et de partager leur point de vue personnel. Parallèlement, les blogs, vlogs et réseaux sociaux ont permis aux utilisateurs de commencer à créer leur propre contenu, qui a rapidement augmenté en termes de volume. Enfin, la boucle s’est bouclée, et les entreprises dédiées à l’actualité ont commencé à intégrer du contenu généré par les utilisateurs (CGU) dans leur couverture. Plutôt que de se contenter de consommer des actualités, ou de les commenter, les citoyens sont devenus des acteurs de leur création. Le problème réside désormais dans le volume de ces contenus publiés. En coopération avec IHS Markit, nous avons établi que le CGU représentera cette année un peu moins de 10 % de tous les contenus en ligne du monde entier, chiffre qui montera à près de 20 % en 2025. Ainsi, la recherche et l’utilisation du meilleur contenu pour un article d’actualité, rapidement, devient un défi de workflow considérable. Mais l’intelligence artificielle (IA) pourrait-elle nous aider à surmonter ce défi ?

Des workflows intelligents

Les possibilités qu’offrent l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle ont déjà été remarquées par les diffuseurs : d’après une enquête réalisée par IABM auprès des utilisateurs finaux, 8 % des acheteurs de technologie multimédia ont déjà adopté une certaine forme d’intelligence artificielle, mais 56 % d’entre eux ont l’intention de le faire dans les années à venir. Et en ce qui concerne les défis liés au contenu généré par les utilisateurs (CGU) dans le workflow d’actualités, l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle peuvent aider dans les prochaines années sur les points suivants :

  • Regroupement : collecter du CGU depuis de multiples plates-formes de réseaux sociaux, grâce à des algorithmes avancés et des recherches sur mesure afin de sélectionner et de présenter le meilleur contenu pour une histoire précise.
  • Vérification : utiliser la technologie de reconnaissance faciale et d’arrière-plan (ou de marque) pour confirmer l’identité des sujets de la vidéo et leur environnement, et évaluer l’authenticité du contenu.
  • Production : simplifier plus de tâches fastidieuses, telles que le sous-titrage codé et la génération de clips pour les réseaux sociaux.
  • Licences : la demande et l’acquisition d’autorisations d’utiliser tout contenu pourraient être en partie, voire entièrement automatisées avec des formulaires intelligents et des communications automatiquement conçues sur mesure.
  • Stockage : la journalisation et la création automatisées de métadatas permettra de générer des bibliothèques multimédia plus performantes qui pourront se développer et s’organiser d’elles-mêmes.

Automatiser, intégrer, accélérer

A mon sens, tous ces domaines reposent sur un principe unique, un principe déjà utilisé avec beaucoup de succès : l’automatisation. L’automatisation avancée peut améliorer considérablement la vitesse et l’efficacité des processus clés dans les workflows d’actualités en prenant en charge certains éléments manuels et en contribuant à exploiter et gérer des vagues croissantes de CGU. Elle peut également apporter l’évolutivité nécessaire pour continuer à faire cela très longtemps encore. Media Backbone Hive, notre propre système, automatise de nombreux processus de manière centralisée et coordonnée, et rationalise les workflows de la découverte de contenus jusqu’à leur acquisition, leur production, leur livraison et leur archivage. Tout cela s’effectue via une plate-forme sur le Cloud conçue pour s’intégrer en toute simplicité dans des systèmes tiers et rechercher du contenu dans n’importe quel format, qu’il s’agisse de contenu émis par votre équipe ENG ou depuis le flux Twitter d’un journaliste citoyen. Et à mesure que les volumes de CGU augmentent, Hive évolue également. Les attentes en termes de couverture d’informations 24h/24 et 7j/7, en temps réel sont presque impossibles à satisfaire, mais le CGU offre un moyen d’atteindre cet objectif. A l’heure où de nombreuses sociétés du multimédia doivent repenser leurs modèles économiques et leurs méthodes de livraison afin de s’adapter aux évolutions des dépenses publicitaires et des comportements de visionnage, les journalistes citoyens peuvent représenter un atout phénoménal. Mais regrouper et intégrer leur contenu va devenir plus difficile si les systèmes et les processus ne sont pas adaptés ou mis à jour. L’automatisation n’est pas la solution pour résoudre tous les défis liés au CGU, mais il s’agit d’un outil inestimable qui ouvre la voie vers un avenir passionnant basé sur l’apprentissage automatique et l’intelligence artificielle.

Rapport IHS Markit, Journalisme citoyen : L'intérêt d'exploiter efficacement le contenu généré par les utilisateurs pour la diffusion d'informations