L’émission Australia’s Cruise Mode filmée avec une FS5

David Mirabella choisit la FS5 pour un segment rétro sur Jaguar.

David Mirabella, un caméraman de Melbourne doté de plus de 30 ans d’expérience, a commencé dans les nouvelles et l’actualité chez Nine Network au début des années 1980, et travaille en indépendant depuis 1995. L’un de ses caméscopes préférés est le PXW-FS5 Super 35 mm 4K de Sony. M. Mirabella explique : « Songez aux plus gros écrans de télévision que l’on peut trouver en magasin, aux téléphones intelligents, aux tablettes haute résolution et aux écrans d’ordinateur. Ce sont les utilisateurs finaux pour lesquels nous tournons maintenant, donc de l’acquisition jusqu’à la livraison, la PXW-FS5 fait ce pour quoi elle a été conçue, de façon convaincante et fiable, et on ne peut pas en demander plus. J’aime également beaucoup la PXW-FS5 pour sa fonctionnalité dans le monde réel. » M. Mirabella a récemment été engagé par le producteur exécutif Maurice Parker pour filmer un segment unique avec sa FS5 pour l’émission Cruise Mode de Channel TEN. Il raconte : « Le segment Cruise Mode loves a Jaguar demandait que j’utilise ma Sony FS5 sur une flèche avec une tête Pan/Tilt commandée à distance. La raison derrière cela était simple. Lorsque le public s’assoit pour regarder une émission sur l’automobile, il est habitué à certaines émissions dotées d’énormes budgets, et, la FS5, avec une flèche et une tête commandée à distance abordables, constituait un choix très intelligent, car cette configuration donne un résultat très professionnel. » Sur ce tournage, M. Mirabella a dû faire des plans de plusieurs voitures, et encore une fois, la FS5 s’est révélée la meilleure caméra pour cette tâche. Il ajoute : « L’utilisation de la FS5 pour ce genre de tournage de rouleau B est complètement logique, sur le plan du budget. Nous avons alloué une heure à chaque voiture, et avons utilisé la FS5 pour faire des plongées, des contre-plongées, des plans statiques, des plans en mouvement, des séquences de marque, des plans intérieurs, des plans extérieurs et tout ce qui est passé par la tête du réalisateur. La FS5, une caméra compacte, était idéale, car pour les intérieurs et le moteur en particulier, il était impossible d’utiliser une plus grosse caméra. En utilisant la FS5, nous avons pu faire tous les plans avec une seule caméra et un seul opérateur. »

La FS5, une caméra compacte, était idéale, car pour les intérieurs et le moteur, il était impossible d’utiliser une plus grosse caméra. En utilisant la FS5, nous avons pu faire tous les plans avec une seule caméra et un seul opérateur.

Détails de configuration

M. Mirabella adore sa FS5, et une grande partie de son enthousiasme pour la caméra provient de sa flexibilité. Il nous explique : « Sur le plan de la configuration, pour ce tournage, j’ai utilisé l’objectif de base 18-105. J’ai retiré la poignée de la caméra et ai connecté une extension LANC, puis ai repositionné la poignée près de ma main gauche. Cela m’a permis d’avoir les commandes du diaphragme, de zoom et d’enregistrement de la FS5 à portée de main, pour pouvoir m’ajuster rapidement. J’ai également utilisé un servomoteur provenant du marché secondaire pour la mise au point, dont la commande était placée près de ma main gauche. En filmant ces voitures avec la FS5, j’ai également testé la mise au point automatique de l’objectif de base 18-105 de Sony, qui a plutôt bien fonctionné. Par exemple, il se focalisait sur les interstices des portes de la voiture, sur la calandre avant ou l’insigne du véhicule. Avec une focale de f4, certains diront peut-être que l’objectif de base 18-105 offre une profondeur de champ trop intense, mais lorsque je filme des voitures, je préfère une mise au point plus profonde, car cela permet de voir les lignes du véhicule dans leur ensemble. C’est également une des raisons pour lesquelles il est si pratique de pouvoir déplacer l’écran ACL sur la FS5 : sur ce tournage, il se trouvait dans ma vision périphérique, alors que j’utilisais principalement un viseur externe ». Sur le tournage de Cruise Mode loves a Jaguar , M. Mirabella a utilisé une caméra Sony PXW-FS5, une caméra Sony PMW-F5, deux trépieds Sachtler, divers témoins DEL bicolores, un moniteur de réalisateur, un stabilisateur 3 axes MōVI M5 et un rail iFootage Shark. M. Mirabella ajoute : « Ce segment a été tourné à Lorbek Luxury Motors à Melbourne, dont l’équipe était très occupée. La FS5 a été encore une fois d’une grande aide, et a parfaitement fonctionné avec des échéances aussi serrées; nous avons utilisé la sortie SDI pour le moniteur de réalisateur, et avons branché le son en filaire, ce qui a permis au preneur de son de minimiser le nombre de microphones radio requis.

Avec un mélange changeant constamment de lumière artificielle et naturelle pendant le tournage, pouvoir faire des ajustements rapidement a constitué un atout majeur, car lorsque je n’étais pas content de la balance automatique des blancs, je pouvais simplement entrer la température de couleur souhaitée. Avoir la FS5 préinstallée sur la plateforme en attente nous a également permis d’économiser du temps, et je pouvais simplement la prendre et filmer. Les ingénieurs de Sony qui ont conçu la caméra ont été astucieux dans la façon dont ils ont positionné de nombreux filetages aux normes du secteur sur le boîtier de la caméra, et c’est particulièrement utile lorsque l’on installe la FS5 sur une plateforme comme cela a été le cas sur ce tournage. » Pour le flux de travail de Cruise Mode loves a Jaguar, M. Mirabella a enregistré sur deux cartes SD dans la FS5 pour bénéficier d’une « grande tranquillité d’esprit ». Il ajoute : « Pour Cruise Mode, l’unité de production était à Sydney, donc je transférais les enregistrements de toutes les caméras sur un disque dur portable avec Catalyst Prepare, puis je l’envoyais par transporteur. Je sauvegardais le tout une nouvelle fois à mon studio, et je gardais les fichiers jusqu’à ce que je reçoive un courriel de la post-production m’indiquant que je pouvais formater les cartes mémoire originales. C’était un flux de travail simple, sécuritaire et efficace. »

David Mirabella et sa Sony PXW-FS5 sur le tournage de Cruise Mode loves a Jaguar

Le choix idéal

En fin de compte, non seulement David Mirabella est heureux de sa Sony FS5, mais, comme il l’a expliqué, la caméra constituait le choix idéal pour le segment Cruise Mode loves a Jaguar, et il y a de nombreuses raisons qui le feront continuer de l’utiliser à l’avenir. Il conclut : « Pour le segment Cruise Mode loves a Jaguar, il était très important de ne pas gêner les affaires de Lorbek Luxury Motors et grâce à la taille compacte de la FS5, nous avons pu atteindre cet objectif. Pour ce tournage, il était impossible d’utiliser un gros plateau, ou de faire passer des câbles d’alimentation. Donc avec la lumière disponible et des lumières DEL à batterie de dernière génération, la caméra FS5 a fait un superbe travail. J’ai également configuré quelques-uns des profils d’image afin qu’ils correspondent aux autres caméras, et j’adore la simplicité avec laquelle j’ai pu changer ces paramètres sur la FS5 pour ce tournage. J’aime également la disposition des boutons, interrupteurs et cadrans sur le côté de la FS5. Je suis tellement habitué au côté de la caméra désormais que je peux faire nombre de réglages sans regarder. Parfois, comme sur le tournage de Cruise Mode loves a Jaguar, pour obtenir la confiance du client, l’écran ACL externe joue un grand rôle, et après la prise de vue, il était très facile de la regarder grâce aux vignettes. Utiliser la FS5 sur le tournage de Cruise Mode loves a Jaguar n’a fait que confirmer ce que je savais déjà : c’est une superbe caméra, souple et de grande qualité. »

Crédits photo :
David Mirabella et sa Sony PXW-FS5 sur le tournage de Cruise Mode loves a Jaguar.